Anne Laure MONIOT :
« Bordeaux, patrimoines en projet »


Anne Laure MONIOT, Chef de service architecture et patrimoine urbain en projet de Bordeaux Métropole, interviendra lors de la halle thématique intitulée « Patrimoine : le reconnaitre, le protéger, le valoriser » le 27 juin après-midi pour nous présenter le projet « Bordeaux, patrimoines en projet ». Dès 1995, Alain Juppé conçoit le projet urbain global pour le développement de Bordeaux en s'appuyant sur la mise en valeur du patrimoine. Depuis 2004, une équipe composée d'architectes urbanistes, d’un historien et de techniciens se consacre aux inventaires et à la conception de dispositions réglementaires adaptées à la valorisation des patrimoines.

bordeaux
 

Pourquoi participez-vous à RDV avec la ville ?

RDV avec la ville l’occasion de partager avec d’autres collectivités les démarches mises en place dans nos territoires. C’est aussi une façon simple de prendre connaissance d’autres pratiques et ainsi de prendre la mesure des enjeux auxquels font face d’autres territoires. Le temps des échanges est pour moi toujours synonyme d’ouverture et de mise en perspective. Autrement dit, c’est une chance de rencontrer des personnes impliquées dont les témoignages peuvent changer mon regard sur ma propre expérience.


Pouvez-vous nous parler de votre projet ?

La démarche en question concerne le patrimoine au sens large. Dans les années 2000, Alain Juppé voit que le cadre de vie des bordelais devient attractif. La qualité des quartiers d’échoppes et de maisons de ville construits en pierre de taille, leur unité, leurs jardins de cœur d’îlots sont fragilisés par ce succès. La volonté de préserver ces qualités pour les générations futures est à l’origine de l’invention d’un plan local d’urbanisme à la parcelle avec l’appui d’Alexandre Melissinos.
Cette démarche est une des actions qui ont conduit à l’inscription de Bordeaux, Port de la Lune sur la liste du patrimoine mondial soit 1 810 ha ce qui représente une grande partie de la ville de Bordeaux.
L’attention de l’UNESCO et les questions soulevées par les transformations sont de puissants stimulants au moment de dialoguer avec les porteurs de projets.


En quoi ce projet peut-il être reproductible sur un autre territoire ?

Chaque territoire présente des qualités qui lui sont propres. La démarche qui consiste à reconnaitre ces qualités, les valoriser et décider de les intégrer dans le projet de développement est reproductible quelles que soient ces qualités. Les inventaires des patrimoines tels que menés à Bordeaux dans les quartiers de la ville de pierre aboutissent à un volet patrimonial du plan local d’urbanisme sous la forme d’un plan au 1/1000. Ce plan rend très lisible la règle d’urbanisme car il montre en même temps les constructions protégées, ainsi que celles qui ne le sont pas et qui peuvent être remplacées. Il montre aussi les emprises constructibles et les hauteurs autorisées pour s’accorder aux constructions conservées.


Pour en savoir plus, retrouvez la présentation d’Anne Laure MONIOT lors de la halle thématique intitulée « Patrimoine : le reconnaitre, le protéger, le valoriser » le 27 juin après-midi.