N'oublions pas le parc privé !


Jeudi 28 juin 2018 | 9h-10h30


Alors que la majorité des projets de rénovation urbaine se concentre sur le parc social (démolition – reconstruction), des interventions complémentaires sur le parc privé sont aussi indispensables pour changer durablement l’image des quartiers.
Dans des environnements urbains très différents et des contextes fonciers défavorables, trois acteurs nous présentent leurs stratégies pour rendre possible une intervention sur le parc privé.


 

Dans le quartier BRIAND, l’intervention sur les ilots d’habitat privé s’inscrit dans une stratégie de revitalisation commerciale et de valorisation du cadre de vie (liaison piétonne des quartiers entre eux)

+ d'infos : Christine TIRET, directrice du service RU | christine.tiret@mulhouse-alsace.fr

Voir la présentation

A Marseille, depuis 25 ans, les copropriétés dégradées font l’objet de dispositifs d’accompagnement et de diverses procédures sur les volets urbain, immobilier et social. Retour sur les initiatives des acteurs pour faire évoluer les modalités d’interventions dans les copropriétés (cadre juridique, portage immobilier transitoire, financement des déficits d’opération…).

+ d'infos : Nicolas BINET, Directeur Marseille Rénovation Urbaine | nbinet-externe@marseille.fr

Voir la présentation

Sur l’exemple de Liverpool, la Fabrique des Quartiers et la Ville de Roubaix expérimentent actuellement un dispositif innovant pour lutter contre la vacance dans des territoires où le marché immobilier est particulièrement déprimé : mettre en vente des maisons à 1 € contre engagement de travaux. Retour d’expérimentation sur ce montage inédit en France.

+ d'infos : Audrey LOURDE-ROCHEBLAVE | alourderocheblave@lafabriquedesquartiers.fr

Voir la présentation


 

Quelques mots de Jean-Marc Natali, Fondateur d’Urbanis et en charge de l’animation de cet atelier.

Jean-Marc NATALI

Trois histoires illustratives de l’importance, de la difficulté et de la possibilité de ne pas oublier le parc privé.
Marseille Renovation Urbaine nous parle d’une méthode mise au point pour les co-propriétés, Mulhouse de son souhait de faire évoluer une rue marchande existante, et La fabrique des quartiers de la maison à 1€ avec travaux, sur la métropole de Lille.

L’animateur rappelle que ces trois histories font partie d’un même fleuve, celui de la révolution Française qui a édicté que « les propriétés sont un droit inviolable et sacré ». Le métier, dès lors, est extrêmement difficile car à contre-courant de notre imaginaire collectif et de notre arsenal légal.

La force de Marseille ( Mr Binet et Mr Laggiard) est d’avoir su observer finement avant d’agir . Grâce à un observatoire puis à la définition d’une stratégie : 360 copropriétés de plus de 100 lots à surveiller avec 3 cercles d’intervention :

  • des interventions les plus lourdes pour 11 copropriétés les plus dégradées
  • le développement d’outils préventifs tels que les des Programmes Opérationnels Préventifs d’Accompagnement des Copropriétés (POPAC) pour les copropriétés des cercles 2 et 3 fragiles mais redressables.
L’exemple de la copropriété du Kallisté nous montre la durée nécessaire (10 ans) et l’utilité de définir une stratégie différenciée entre les immeubles. Elle souligne aussi la nécessité du relogement, la maitrise de la concession d’aménagement et du financement du déficit.

L’histoire présentée par Christine Tiret pour Mulhouse est illustrative d’un dynamisme d’un commerce ethnique que la collectivité ne souhaite pas comme exclusif sur un axe historiquement très commerçant. La stratégie est alors de créer une offre nouvelle de commerces, soit dans des locaux historiques préemptés, soit par un nouveau marché couvert. Profiter d’un dynamisme commercial pour l’emploi des jeunes, tout en transformant son image, le challenge est a l’échelle des capacités de Mulhouse sur le renouvellement urbain.

La maison a 1€ avec travaux a fait le Buzz, comme le rappelle Vincent Bougamont. Sa réussite communicante ne doit pas faire oublier un important travail de préparation, durant 3 ans, juridique, technique et de commercialisation mené par la fabrique des quartiers, SPLA de la Métropole Européenne de Lille. Cette opération à Roubaix vise à trouver des acquéreurs à l’accession, motivés et en capacité de rénover les maisons, selon un cahier des charges précis. Pour 824 dossiers retirés, on obtiendra 74 candidatures pour les 17 maisons à céder. Sur ces candidatures une sélection est faite et la SPLA espère la cession d’une dizaine de maison dès cette première vague.
Une démarche nouvelle, importée de Liverpool, appliquée à Marseille avec une décote moindre (concession EHI par Urbanis aménagement) , qui nécessite de solides savoir-faire : pour justifier du prix bas de la vente, pour justifier des contraintes imposées aux nouveaux acquéreurs, pour commercialiser aux bonnes personnes, pour que ces personnes soient heureuses ensuite ; bien souvent dans un habitat rénové et aidé par l’ANAH ?
La propriété privée dans le renouvellement urbain, n’est pas oubliée, nos trois histoires de ce RDV avec la Ville le prouvent. Mais ce n’est pas un long fleuve tranquille.


+ d'infos : jeanmarc.natali@urbanis.fr