MOBILITÉ : COMMENT LEVER LES FREINS PHYSIQUES ET PSYCHOLOGIQUES ?


Mercredi 28 juin 2018 | 9h-10h30


Les déplacements et les flux quotidiens ont des impacts sur les usages, l’employabilité et le bien-être des habitants. Il est possible d’agir sur la mobilité en créant des infrastructures et des aménagements, mais il est nécessaire de travailler en parallèle sur les représentations mentales des habitants de leurs espaces de vie.

Partant de l’expérience de trois intervenants qui mettent en place un lieu dédié à la mobilité sur leur territoire, cet atelier démontre l’importance de mener une réflexion globale sur cette thématique, tant d’un point de vue urbain (trame viaire) que social (usages, ...).


La Maison de l’emploi de Marseille a mis en œuvre en 2010 une plateforme de mobilité sur le territoire de la Métropole. Suite aux enquêtes menées dans le cadre de l'ANRU, le constat a été fait qu’une intervention plus en proximité était nécessaire notamment dans certains QPV. Dans le cadre de la préfiguration d'un pôle mobilité dans la cité de La Castellane, la Maison de l'emploi, avec l'ensemble des acteurs du territoire (Politique de la Ville, centres sociaux, associations de quartiers, acteurs économiques, Service public de l'Emploi...) a développé des aides à la mobilité pour les habitants ainsi qu'une animation autour de la thématique

+ d'infos : Anne-Laure NARDONE, Chargée de mission mobilité | alnardone@mdemarseille.fr

Voir la présentation

Dans le cadre du projet de la plateforme de mobilité durable, la Maison de l’Emploi Alès Cévennes (MdE) coordonnera avec Alès Agglomération la mise en place d’un ensemble de services : location de véhicules, de 2 roues, d’une auto-école solidaire ouverte à tous les publics, ateliers mobilité, facilitation de mobilité internationale, information sur les outils à la mobilité. Cette plateforme constituera un outil d’optimisation de l’offre de service concernant la levée des freins à la mobilité sur le territoire d’Alès Agglomération, en priorité en direction des publics des quartiers de la Ville d'Alès.

+ d'infos : Maryline NIEL, Directrice | m.niel@mde-alescevennes.fr

Voir la présentation

Le projet de "lieu de ressources mobilité" sur la commune de Saint-Fons, concernée par un projet de renouvellement urbain-labellisé Ecoquartier, vise à expérimenter une nouvelle offre de services afin de répondre aux difficultés de déplacement des habitants. Ce lieu sera un point d'accueil et d'information permettant de faire le relais entre le public et les services proposés sur la commune. Il vise autant à accompagner les habitants pour dépasser leurs freins à la mobilité, que faire remonter l'évolution nécessaire des services au regard de leurs besoins. Il s'agit de mettre en place un système itératif vertueux (rendre visible l'offre et pouvoir l'adapter).

+ d'infos : Lydie GHARIB, chargée de mission développement durable | lgharib@saint-fons.fr

Voir la présentation

La Métropole de Nice avait engagé lors du PRU un projet d'aménagement dans le quartier des Moulins dont la spécificité est sa situation future en cœur d'agglomération, au contraire de nombre de quartiers enclavés et marginalisés par leur géographie. Le quartier des Moulins s'inscrit dans la recomposition générale de la basse vallée du Var dans un projet global de développement urbain, économique et social. Il est positionné au cœur de l'Opération d'Intérêt National (OIN) Eco-Vallée. L'enjeu est de poursuivre la dynamique de changement en accompagnant le raccrochement progressif et durable du quartier des Moulins au reste de la ville, et en particulier à Méridia et à l'Eco Vallée. Les lignes de Tramway n°2 et 3 en construction sont un facteur fort d'intégration au territoire des Moulins.

+ d'infos : Nicolas BLAISON, Directeur Renouvellement Urbain | nicolas.blaison@nicecotedazur.org

Voir la présentation


 

Quelques mots de Lucile Janssoone, ‎Chef de projet "Déclic Mobilités" - ‎Association Réseau Alliances et en charge de l’animation de cet atelier.

Lucile-Janssoone

« Dans les projets de renouvellement urbain, les questions de mobilité (capacité des personnes à se déplacer, quel que soit le moyen, pour réaliser une activité) constituent un enjeu fondamental, permettant aux usagers – habitants, travailleurs, visiteurs – de vivre pleinement la cité : que ce soit en transports en commun, à vélo, ou lorsque cela reste nécessaire, en voiture ou scooter ; les modes de se déplacer et de profiter des services et activités sont nombreux.

Lors de cet atelier « mobilité : comment lever les freins physiques et psychiques », la métropole Nice Côte d’Azur nous a présenté des actions permettant de baisser les freins physiques à la mobilité sur les projets de renouvellement urbain du quartier des Moulins, situé à 8km du centre-ville. A travers l’aménagement des Moulins, le travail de perméabilisation des grands espaces par la création de rues, d’itinéraires cyclables et l’amélioration des transports en commun vont permettre de désenclaver ce quartier excentré. La création de lignes de tramway le reliant au centre de Nice mais aussi aux pôles d’activité économique, à l’université et à l’aéroport permettra de raccourcir les durées de transport (1h en bus contre 20 minutes en tramway) et de réduire la dépendance à la voiture. Ces actions seront enrichies par une mixité programmatique du bâti, mêlant activités économiques, commerces de proximité et logement, qui permettra de réduire les besoins de déplacement des habitants des Moulins.

L’enjeu majeur, relevé par les participants est désormais de favoriser l’appropriation de cette nouvelle desserte et de cette dynamique par les habitants et usagers, notamment avec des actions de concertation-information.

La deuxième partie de l’atelier se concentrait sur les barrières mentales à la mobilité : que ce soit dans l’agglomération d’Alès, territoire peu dense, à Saint Fons, commune urbaine proche de Lyon mais mal desservie par les transports en commun, ou à Marseille où les centralités sont plurielles, la même problématique se pose. En effet, ces trois territoires sont constitués de nombreux Quartiers Politique de la Ville, où le taux de chômage est plus élevé et où les demandeurs d’emploi sont peu mobiles, pour des questions financières mais également culturelles. Un autre enjeu décelé lors de cet atelier : la précarité énergétique liée à l’usage de l’automobile. Les différentes plateformes de mobilité présentées permettent de conseiller les bénéficiaires sur l’offre de transports en commun et de mobilités actives, ainsi que sur leurs usages. Elles fournissent également des aides au passage du permis de conduire, à la location et l’acquisition de véhicules moins consommateurs d’énergies, mais aussi à l’appropriation de cette offre multiple de mobilité grâce à des stages de remise en selle ou de remise en confiance dans la conduite automobile pour les titulaires du permis B ne conduisant pas.

Le débat a notamment porté sur l’appropriation de ces actions par les bénéficiaires : comment faire connaitre ces aides, comment cela permet aux personnes de revenir vers l’emploi, mais aussi d’être plus mobiles pour leurs loisirs. Un point essentiel soulevé est l’adaptation aux spécificités des territoires : il existe partout des acteurs qui travaillent sur la mobilité et/ou sur l’aide à la (re)mise à l’emploi, l’enjeu est de les réunir autour de la table pour avancer vers un projet commun. La gouvernance partenariale ainsi que la valorisation de l’existant sont des atouts clefs de ces démarches. »


+ d'infos : ljanssoone@reseau-alliances.org