Tisser du lien social par et pour le projet urbain, c'est possible et nécessaire !


Jeudi 28 juin 2018 | 11h-12h30



Créer les conditions d’un « bien vivre-ensemble » tout en accompagnant les mutations urbaines est un défi que la plupart des territoires tentent de relever dans le cadre de la conduite d’une opération de renouvellement urbain.

Dans quelle mesure et comment le projet urbain est-il l’occasion de renforcer le lien social ? Quelles sont les actions menées par les acteurs pour garantir l’appropriation des quartiers par leurs habitants ? Comment concourt-il progressivement à changer l’image de ces quartiers ?

Témoignages d’acteurs qui favorisent les échanges entre les habitants à des échelles différentes : l’espace public, l’équipement public et le logement.


 

Pour améliorer le fonctionnement d’un quartier, encore faut-il le connaitre de façon très précise et suivre son évolution. Dans le cadre de l’animation du volet « Cadre de Vie » du Contrat de Ville, NANTES METROPOLE a développé des outils pour rendre plus efficaces ses démarches de Gestion Urbaine et Sociales de Proximité : présentation du « Baromètre Habitants » et des « Rendez-vous du Cadre de vie ».

+ d'infos : Aurélien BESNARD, Chargé de mission volet Cadre de Vie | aurelien.besnard@nantesmetropole.fr

Voir la présentation

Comment la création d’un équipement peut permettre de renforcer les liens sociaux à long terme ? Dans le cadre du PNRU1, ORLEANS METROPOLE s’est appuyée sur la conception, la programmation et l’aménagement des abords d’un futur équipement pour renforcer le lien social : exemple de l’Argonaute.

+ d'infos : Delphine HOUSSEMAINE, Chargée de mission | delphine.houssemaine@orleans-metropole.fr

Voir la présentation

Quel rôle peut jouer le bailleur dans le renforcement du lien social lors de la réhabilitation thermique d’une cité minière et de la valorisation du patrimoine minier ? Exemple de SIA HABITAT, dont le projet, accompagné par le LAB de la Caisse des Dépôts, permet de développer des pistes de travail pour implanter des nouvelles activités au cœur des maisons de la cité (concours d’architectes pour créer un « tiers-lieu »).

+ d'infos : Richard DEFRETIN, Responsable recherche et innovation | Richard.DEFRETIN@sia-habitat.com

Voir la présentation


 

Quelques mots de Morgane Petit, Directrice de l’IREV et en charge de l’animation de cet atelier.

Considéré comme un lieu de construction du lien social, le quartier est à la fois :

  • espace géographique de proximité, qui permet les interactions entre les individus ;
  • territoire d’action collective, qui permet la construction d’un lien entre des individus appartenant à un nous socio-spatial et la société globale, lieu potentiel d’identification collective, à condition que la réciprocité des relations, la confiance entre les individus et l’appropriation sociale du lieu soient respectées.
(Morin, R. & Rochefort, M. (1998). Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l'action collective. Lien social et Politiques, (39), 103–114. doi:10.7202/005194ar)

Depuis ses prémisses, la politique de la ville déploie une intervention ciblée territorialement, collective par son approche et son déploiement, s’appuyant sur une dynamique citoyenne… avec pour objectifs d’améliorer la vie du quartier et de ses habitants.

Créer les conditions d’un bien vivre-ensemble tout en accompagnant les mutations urbaines est un défi que la plupart des territoires tentent de relever dans le cadre de la conduite des projets de renouvellement urbain

Dans quelle mesure et comment le projet urbain est-il l’occasion de renforcer le lien social ? Quelles sont les actions menées par les acteurs pour garantir l’appropriation des quartiers par leurs habitants ? comment cela concourt-il progressivement à changer l’image du quartier (à l’extérieur) sans pour autant nuire au sentiment d’appartenance des habitants.

L’atelier a pris appui sur des témoignages d’acteurs qui favorisent les échanges entre les habitants et les acteurs locaux, à des échelles différentes :

  • A l’échelle de l’agglomération, dans le cadre de l’animation du volet « cadre de vie » du contrat de ville, Nantes métropole a développé des outils pour rendre plus efficaces ses démarches de GUSP. En effet, pour améliorer le fonctionnement d’un quartier, il faut le connaitre de façon précise, suivre son évolution et se mettre à l’écoute régulièrement des perceptions des habitants sur le travail mené. Le baromètre habitants, vaste enquête téléphonique auprès des habitants des QPV, permet d’identfier….
  • L’équipement public Orléans métropole

Dans le cadre du PNRU1, ORLEANS METROPOLE s’est appuyée sur la conception, la programmation et l’aménagement des abords d’un futur équipement pour renforcer le lien social. L’Argonaute, complexe sportif et culturel a permis de renforcer l’attractivité du quartier pour l’ensemble des habitants de l’agglomération. La mixité du lieu a permis de tisser des liens entre associations sportives et culturelles, ouvrant à la fois des perspectives de coopération et les conditions de nouveaux parcours pour les habitants du quartier, dans une logique de mixité.

Les conditions de succès identifiées :

  • Un cadre de vie agréable et entretenu pour garantir l’attractivité des lieux et favoriser la rencontre des publics et la mixité,
  • L’écoute et la présence des acteurs institutionnels montrant l’attention portée aux quartiers politique de la ville
  • Une animation territoriale pour faciliter et soutenir les interactions avec la population et les acteurs locaux (institutionnels autant qu’associatifs), favorisant la mise en synergie et l’apport de nouvelles solutions.

Les freins à lever pour développer ce type de démarches :

  • - accepter de se mettre à l’écoute et donc se remettre en question ;
  • - de l’endurance car chaque progrès obtenu peut être mis à mal par un changement dans les organisations ou tout autre élément « perturbateur » du système d’acteurs construit ;
  • - ne pas perdre le sens permet de garder le cap.
  • - identifier d’autres solutions inspirantes que vous pourriez porter.
    • se mettre à l’abri du risque d’avoir choisi le mauvais emplacement (au cœur du quartier / en dehors du quartier),
    • toucher les habitants du quartier concerné, ceux des territoires environnants (que l’on cherche à faire venir et/ou changer l’image des quartiers). »


+ d'infos : m.petit@irev.fr