Diversification et attractivité : innovons !


Mercredi 27 juin 2018 | 15h30-17h


La diversification de l’offre de logements dans le cadre d’un projet de renouvellement urbain apparait comme une condition de succès pour changer durablement l’image des quartiers.
Sur la base du bilan contrasté du PNRU en la matière, quels sont les leviers pour attirer des propriétaires dans les quartiers, quelles méthodes de travail, quels partenariats développer pour garantir le succès de ces opérations de diversification?


 

Brest Métropole a lancé une démarche innovante pour assurer la production de maisons de ville à coût abordable sur des terrains appartenant à Brest métropole et situés au sein de quartiers résidentiels. Les maisons seront destinées à des ménages souhaitant s’installer dans les cœurs de ville de la métropole Brestoise (échelle micro). Retour sur la méthodologie de cet Appel à Idées qui ouvre le champ à des pratiques davantage collaboratives (entre architectes, promoteurs, potentiels acquéreurs...), conciliant le renouvellement urbain, l’attractivité résidentielle et la satisfaction de l’attente des ménages.

+ d'infos : Anne-Hélène CARIOU, Responsable du service suivi de la politique locale de l'habitat | anne-helene.cariou@brest-metropole.fr

Voir la présentation

De la viabilisation à la commercialisation, la ville de Bourges a assuré l’ensemble du processus pour réaliser une opération de diversification dans le cadre du PNRU. Dans quelle mesure cette démarche est-elle reproductible ? Quelles sont les avantages / limites / conditions de réussite en vue du NPNRU ?

+ d'infos : Maud Magloire, directrice RU | maud.magloire@agglo-bourgesplus.fr

Voir la présentation

Attirer des propriétaires grâce au changement d’image des quartiers constitue une première étape indispensable à la diversification, mais encore faut-il créer les conditions pour que ces nouveaux habitants s’approprient leur nouvel environnement et tissent des liens avec les autres habitants. Pour ce faire, Grand Nancy mise sur le développement de la nature en ville et s’appuie sur le concept de « ville de la forêt » pour créer un cadre de vie qualitatif sur lequel les acteurs locaux s’appuient pour développer des activités qui créent du lien social (Maison des Jardiniers / jardins familiaux, Epicerie Sociale et Solidaire, rucher d’école, ferme urbaine, Cuisine ouverte...)

+ d'infos : Virginie ASTAING, Chef de projet renouvellement urbain | virginie.astaing@grandnancy.eu

lire l'interview de Frédéric Richard

Voir la présentation


 

Quelques mots de Marc Barriau, Consultant Adéquation et en charge de l’animation de cet atelier.

Marc BARRIAU

Pourquoi lier diversification, attractivité et innovation ?

Lorsqu’on parle de diversification, on pense tout de suite au grand programme de renouvellement urbain de l’ANRU, le NPNRU. Mais cela peut être aussi un projet urbain qui offre l’opportunité de diversifier l’offre de logements sur une commune en termes de statuts (locataires / propriétaires), ou encore de produits (formes urbaines, prix, typologies, surfaces). Nous parlons alors de mixité dans l’offre de logements, et donc dans le peuplement : on utilise ainsi communément le terme de mixité sociale.

Ces projets sont l’occasion d’apporter une diversification qui ne se fait pas naturellement dans ces marchés immobiliers, soit parce que l’image du quartier est négative (quartier d’habitat social, centre-ville paupérisé), soit parce que le quartier bénéficie d’une très bonne notoriété résidentielle (Versailles par exemple). Ainsi, nous lions diversification à la notion d’attractivité, qui dicte les prix et les produits pratiqués sur un marché.

La diversification n’est jamais une chose aisée, car il faut être à un contre-courant du marché immobilier existant, et plus particulièrement de la demande qui s’exprime sur un secteur. Il faut donc innover, innover dans la méthode et dans le rapport aux opérateurs (promoteurs ou bailleurs).

Il est donc primordial que les collectivités investissent davantage le champ de la diversification, généralement laissé à l’appréciation des opérateurs très souvent « démunis ». Les exemples de Brest Métropole, de Bourges et du Grand Nancy nous montrent que les collectivités sont légitimes pour intervenir aux côtés des opérateurs et ont une vraie expérience de terrain à faire valoir, d’autant plus dans des marchés compliqués.

Brest Métropole, avec son appel à idée sur la maison de ville abordable, a lancé une réflexion sur les coûts des logements et leur attractivité en libérant dans un premier temps la contrainte financière pour réfléchir à la conception et l’usage de nos logements. Une réflexion qui a été lancée afin d’enrayer le départ des jeunes ménages actifs en périphérie pour acquérir une maison pavillonnaire. Il s’agit de redonner du souffle à nos centres-villes en proposant des maisons de ville à prix abordables face au lot à bâtir.

Bourges s’est totalement engagée dans le processus de réalisation d’une opération de diversification dans le cadre du PNRU 1, de la viabilisation à la commercialisation. Il y a très peu de promoteurs à Bourges en raison d’une concurrence très forte du marché de la revente ou du lot à bâtir. Ainsi, Bourges a lancé une consultation de constructeurs de maisons individuelles et a commercialisé les lots pour faciliter la sortie de l’opération tout en maitrisant les formes architecturales.

Le Grand Nancy a misé sur le changement d’image du plateau de la Haye dans le cadre du PNRU1 en s’appuyant sur les atouts du site (la nature) et le vivre ensemble. L’objectif étant d’enrayer l’image négative du quartier avant de proposer une diversification de l’offre de logements. Cette diversification s’est faite en deux temps. Dans le parc social d’abord, grâce à la reconstitution d’une partie des logements sociaux sur site avec des loyers et des surfaces différentes de l’existant, puis en accession à la propriété grâce à l’intervention d’une coopérative HLM et d’une diversification des formes urbaines.

Dans tous les cas, un partenariat fort est nécessaire entre les collectivités et les opérateurs pour anticiper au mieux les conditions d’une diversification de l’offre de logements. Ces partenariats sont facilités par un portage politique fort. En amont, il s’agit également de déterminer pour qui nous diversifions l’offre de logements et à quels prix, permettant d’anticiper les coûts de construction et les charges foncières envisageables. La question du phasage est primordiale. Toutes les conditions doivent être réunies pour faciliter la diversification de l’offre de logements.

Enfin, encore plus qu’ailleurs, nous devons proposer des solutions innovantes qui permettront de gagner en attractivité tant sur le logement (habitat évolutif, espaces collectifs) que sur la méthode (appel à idée ou à projet par exemple).


+ d'infos : m.barriau@adequation-france.com